Retro-test : Onkyo HP-100, l'ancêtre

Seulement disponible en occasion et assez rare à dénicher, son design unique et original m'avait tapé dans l’œil. C'est un casque qui ne passe pas inaperçu. Mais qu'il est difficile aujourd'hui de retrouver des informations à son sujet ! Sachant qu'à l'époque, internet n'existait pas, seules peuvent être dénichées quelques photos du produit, voir peut-être des spécifications techniques éparpillées. Mais heureusement pour nous, ONKYO perdure. Et contrairement à d'autres marques japonaises tout aussi anciennes, elle conserve encore ses références...


Site de la marque : onkyo.com
Type de casque : casque supra-auriculaire ouvert

Prix Publicinformation non disponible
Date de lancement1977, arrêt en 1982


Quelle difficulté de trouver ce casque sur notre territoire à un prix abordable ! Cette acquisition s'est faite un peu par hasard et spontanément, les photos d'époque et actuelles ayant eu raison de mon porte-monnaie. Mais une fois démonté, j'ai été très surpris de constater que les pavillons, si brillants et sans rayures, étaient en plastique ! Vu l'âge et son excellent état de conservation, je m'attendais plutôt à de l'aluminium, tout aussi léger mais ô combien plus résistant.  



Sans véritable prix de lancement, il faudra se baser sur la qualité globale du HP-100, qui semble être un casque proche d'un modèle haut de gamme. Il est bien ancré dans son époque, avec une police de caractère et des inscriptions typiques. C'est un casque audio dédié à la HiFi, sans aucune ambiguïté. 




A l'époque, bien des casques concurrents utilisent encore de simples haut-parleurs coniques, ce qui exagère leur forme et leur fait prendre un embonpoint certain. Ici, le HP-100 offre des pavillons très plats. Ils contiennent des transducteurs de 8 ohms, de 40 mm de diamètre. Plus en profondeur, leur membrane présente une épaisseur de 38 microns (moins de 10 actuellement) et se trouve animée par des aimants en ferrite de baryum (remplacés aujourd'hui par du néodyme). En terme de performances brutes affichées, cela reste très bon pour l'époque, mais pas exceptionnel aujourd'hui. 




Autrement, son câble est d'excellente facture. Il est conforme à bien des casques du même âge (diamètre et longueur importante, nombreuses stries), impossible de le démentir. Il est résistant et très épais, avec une fiche jack elle aussi massive, mais qui offre une préhension limitée à cause d'une surface brillante et homogène.



Avec le temps, la fiche a pris une teinte gris plomb un peu mate, et pas désagréable du tout. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le contact a toujours été parfait. Alors certes, on peut tout de même constater quelques craquelures au niveau des absorbeurs de torsion, mais pour un casque de plus de 30 ans et au vu de l'état général, on peut dire qu'il s'agit là d'un produit ayant une grande robustesse. 




Passons à une autre partie tout aussi intéressante, son arceau ! Il est composé de deux tiges en inox, recouvertes par une "croûte" de simili cuir. Aucun signe de faiblesse, il s'agit là du simili cuir le plus épais que j'ai pu voir à ce jour, sur un casque audio. De fait, il est très résistant. Mais sa largeur digne d'un Ergo AMT (avec l'épaisseur en moins) en surprendra plus d'un ! 



Il épouse parfaitement le crâne, avec une courbure, disons-le clairement, parfaite. Aucune gêne donc pour le porter durant des heures, la pression exercée est correctement répartie. Et pour le réglage en profondeur, il suffit de tirer sur chaque pavillon, "au feeling" et sans aucun cran, le maintient se faisant par frottement. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les ingénieurs de chez ONKYO ont bien travaillé. Car malgré le temps qui passe, cela fonctionne encore très bien !




Le HP-100 est un casque supra aural ouvert. Testé un peu trop rapidement sur place à cause mon impatience, je ne m'était pas rendu compte que les coussinets étaient à l'agonie, voir même à l'article de la mort... Une certitude, ils ne manquaient pas d'originalité et devaient être très confortables. 




En effet, lils se composent de deux éléments, une housse de contact (en tissu synthétique) et une mousse de confort juste en dessous (certainement très proche de celle utilisée dans un KOSS Porta Pro, par exemple).




L'avantage de ce double système est la possibilité de laver séparément l'ensemble ! Avec le temps, la coloration du tissus s'est perdue en route, le noir virant légèrement au mauve. Mais le problème majeur était ailleurs : l'état de décomposition de la mousse. Et les photos parlent d'elles même... 



La résurrection

Si le confort d'origine avait clairement disparu, que dire du son ? Avec l'expérience, il est confirmé que ce dernier reste très dépendant de la qualité des coussinets. Suivant l'usage, il peut se produire une modification plus ou moins importante de la signature sonore d'un casque audio. Ici, nous avions également une perturbation des membranes à cause des poussières qui venaient s'y loger, naturellement ou par électromagnétisme. Dans la pratique, cela provoquait un grésillement très gênant, même à volume moyen, sur les basses fréquences.




Seule solution : démonter l'ensemble et le nettoyer entièrement, puis ajouter de nouvelles mousses. 




N'ayant rien de similaire à celles d'origine, j'ai opté pour la superposition de plusieurs tampons, tous découpés au même diamètre, ce qui a permis d'obtenir l'épaisseur voulue. J'en ai aussi profité pour en ajouter à l'arrière du transducteur, ceci afin de contenir un peu les vibrations et rendre le son un peu plus précis.



Son, confort et isolation

Le HP-100 est un casque ouvert, cela s'entends et vous ne bénéficierez d'aucune isolation. Exit donc un usage nomade, même avec un adaptateur jack 3.5 mm. Car ses 8 ohms auront malgré tout raison de vos équipements. 




En terme de confort, il est difficile de se prononcer, sachant que les coussinets d'origine ne sont plus. Si l'on prends en compte le tissus et la mousse combinée, ils devaient être vraiment confortables et peu sujets à l'échauffement. En revanche pour ce qui concerne le poids, la répartition étant parfaite, impossible de ressentir les 270 grammes pourtant bien présents sur la balance !



Coté son, j'ai été quelque peu déçu. Très plat, avec un manque cruel de punch, le HP-100 n'est pas du tout adapté aux musiques actuelles. Il les rends fades et sans saveur, il ne leur rends pas hommage. A l'inverse, il s'avère plus adapté sur du rock, du classique, et des chansons à texte : nous sommes très loin des casques feutrés et massifs de l'époque, qui offrent des basses peu précises et molles...





La réponse en fréquence 



Impossible de ne pas constater visuellement le ressenti sonore ! l'absence de basses est flagrante, nous pouvons même parler d'une véritable amputation. Dommage, car pour le reste, les niveaux semblent se maintenir de façon honorable.

Un casque qui ne nous rajeunit pas

Comment ne pas apprécier cette sensation de revenir 30 ans en arrière avec ce HP-100? son design très singulier et presque luxueux, sa sonorité si spécifique faisant une impasse totale sur les graves, il est clairement destiné aux collectionneurs. Voir à celles et ceux qui préfèrent les registres vocaux et instrumentaux plus légers... Bien que tape-à-l’œil et doté d'une excellente (et surtout robuste) finition, il n'utilise pourtant aucune matière noble. Enfin si, de l'inox, mais pour une faible partie de l'arceau uniquement. Car malgré son originalité et son allure haut de gamme, il se contente d'une simple croûte de simili cuir pour bandeau, et d'une imitation métal pour les pavillons. Casque rare et gratifié d'un potentiel design unique, ONKYO a finalement décidé de le ressusciter sous le modèle A800 fin 2016, pour notre plus grand bonheur. Mais il faudra être patient, l'A800 n'est encore disponible qu'au Japon...





Annexe :
  • le HP-100 ainsi que le HP-50 partagent le même transducteur
  • actuellement, ce casque coule des jours heureux en Grèce...

Spécifications officielles :
  • Référence : HP-100
  • Transducteur : diaphragme de 40mm, finesse polyester 38μ
  • Bobine transducteur: aimant en Ferrite de Baryum
  • Réponse en fréquence: 20 Hz - 20 kHz
  • Sensibilité: 102dB / mW
  • Impédance : 8 Ω
  • Fiche jack : 6.35 mm
  • Poids : 270 grammes
  • Câble : 2 mètres
  • Puissance d’entrée max : 100mW (nominal 1mW)
  • Coussinets : tissus avec mousse de confort
  • Distorsion harmonique : moins de 0.1% (1kHz)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire