Kscat NICE 2 : casque à conduction osseuse sport qui manque pourtant de peps

Après un Abcotech 2077 (équivalent KSCAT Nice5) un peu moyen qui nous a laissés sur notre faim, nous nous sommes procurés un autre casque à conduction osseuse du fabricant KSCAT, le NICE2. S'il propose un design plus actuel et profilé, il se contente en revanche d'une électronique moins avancée, en particulier pour ce qui concerne le codec audio, ici le très commun mais ultra compatible SBC, un équivalent au Mp3. 



Où sont-ils disponibles? Amazon
Prix Public : à partir de 45€

Si vous souhaitez connaitre le principe général de la conduction osseuse en audio, n'hésitez pas à consulter notre test de l'Abcotech 2077Ici, le fabricant chinois KSCAT et son Nice2 nous intéresse car ces deux casques (le 2077 et le Nice2) sortent très certainement de la même usine.



En effet, leur packaging identique ainsi que d'autres similarités ne laissent aucun doute. Peu répandues, ces marques (distributeur et fabricant) proposent pourtant un packaging anglophone assez sympathique avec peu ou prou les mêmes accessoires.


Le NICE2 est un casque à conduction osseuse qui bénéficie d'une excellente réalisation, avec une finition laquée de type "piano".  Doté d'une structure en titane, elle lui confère une grande résistance mécanique. Malgré le fait qu'il soit estampillé "sport", il n'offre aucun indice de résistance. Il faudra donc être particulièrement vigilant sur les conditions météo lors de son utilisation.




Du Bluetooth tout ce qu'il y a de plus classique


La partie électronique du Nice2 reste des plus classiques et sans surprise coté fonctionnalités. Contrairement au 2077, le Nice2 se limite au codec Bluetooth de qualité très variable, le compatible et polyvalent SBC. Par contre, nous avons une autonomie plus proche des 6 heures, ce qui reste correct.


Au niveau ergonomique, il y a des choses clairement à revoir pour un usage intensif sport. Si les tampons, larges et doux, adhèrent correctement, chaque mouvement de tête modifie la qualité sonore et les fait bouger. De plus, on se rends vite compte que les multiples boutons placés à l'arrière du bandeau ne sont pas très pratiques et difficilement accessibles à l'aveugle... 


Une qualité sonore insuffisante pour les mélomanes


Avec ou sans bouchons, le Nice2 ne fait aucun miracle. Sans bouchons, il nous offre une sonorité très éloignée de la qualité audio d'un casque ou écouteurs classiques, plus proche certainement d'un poste radio dans un espace ouvert. Dépourvue de basses et de détails, beaucoup trop de fréquences manquent à l'appel. Maigre consolation, les voix sont assez bien rendues et tout est orienté vers l'ouverture et la spatialisation. 



Avec bouchons, le son est voilé et plus important, avec quelques maigres détails qui apparaissent. Mais rien qui pourrait nous détourner d'un casque à transmission plus classique... et surtout nous faire taper du pied !




Concernant l'usage du micro, il reste exploitable mais tout l'entourage en profitera à cause du coté ouvert des casques à conduction osseuse de la marque. 




Casques à conduction osseuse pour un usage spécifique


Définitivement, les casques à conduction osseuse du fabricant KSCAT seront voués à un usage spécifique et limité. S'ils sont abordables et sûrs, le son qu'ils nous offrent est malheureusement bien loin de la qualité que peuvent offrir des casques plus classiques dynamiques, et même ouverts. Le Nice2 semblait dédié au sport, mais son ergonomie et son confort s'y prêtent avec une trop grande difficulté. Par ailleurs, ils restent extrêmement tributaires de la morphologie de l'utilisateur. Pour le reste, c'est un équipement sans fil bluetooth très classique, qui vous offrira la majorité des fonctions attendues, dans un tarif toujours abordable. 





Spécifications officielles :
  • Référence : Nice2
  • Bluetooth : V3.0, classe 2, 10 m de portée
  • Profils :headset, handsfree, A2DP, AVRCP
  • Codecs audio :SBC
  • Fréquences : 20 Hz - 20 kHz
  • Autonomie : 6-8h, temps de charge 2h
  • Batterie : 280 mAh
  • Poids : 53 g

Aucun commentaire:

Publier un commentaire