SkullCandy Grind Wireless : le nomade chic

SkullCandy, comme beaucoup de marques très récentes, a toujours flirté avec une image "cool et branchée" tout en gardant ce petit coté rebelle. Malgré tout, cela ne l'empêche pas d'avoir quelques produits intéressants et il suffit pour cela de se rappeler leur modèle néo vintage Aviator très original dans le style, avec une approche à tendance plus audiophile qu'à l'accoutumé. Ici, le Grind Wireless reste plus sage. Nous avons en fait un casque sans fil Bluetooth, très classique du point de vue technique, mais avec un look, une fois de plus, assez convaincant !




Fiche produit : Skullcandy
Prix Public90€

Le packaging, s'il est d'excellente qualité est malheureusement destructeur. Dedans, le casque est bien protégé, on retrouve un câble de charge et un autre jack, un mode d'emploi rapide, et bien entendu le tout présente une traduction en français! 



Ce casque nous offre toutes les caractéristiques de la marque, avec un logo bien apparent mais plus discret qu'à l'accoutumé. Les coloris sont bien choisis, entre noir mat et marron clair. Conséquence, l'aspect général est bien plus haut de gamme et sobre que d'autres de leurs modèles, même si la fabrication est toujours chinoise (soignée et précise, il faut le reconnaître). De même, le casque n'émet aucun bruit suspect durant toute son utilisation



Le bandeau est une des pièces maîtresse du design. De type nubuck, les coutures sont propres et tout ce qui est métallique arbore une surface noir mat. On remarque d'ailleurs que le bandeau est suffisamment rembourré avec une surface basse en tissu nid d'abeille, moins sujette aux salissures et mieux ventilée.



Concernant la profondeur de l'arceau, elle se règle très vite mais sans aucune graduation, difficile de vérifier que la tenue est correcte. Autre petit regret, le sens d'écoute ton sur ton est peu visible et il faut se fier aux commandes du coté droit ou orienter le casque afin de voir le reflet.  




Globalement, l'allure du Grind est parfaite pour le nomade. Les écouteurs n'ont pas une taille trop imposante mais ils sont suffisamment grands pour accueillir des mousses amovibles, lavables et ventilées (molles et douces).



Les pavillons étant fixes, les coussinets reposent presque correctement sur les oreilles et l'appui sera différent suivant les morphologies.



Au niveau des accessoires, ils semblent de bonne qualité et durables, avec une épaisseur rassurante. Exit le design standard, on retrouve le logo de la marque sur chaque fiche.



Point assez sympathique, la charge de ce casque requiert si peu de puissance qu'il peut se contenter de n'importe quel port USB, même ancien. D'ailleurs elle est assez rapide, il faut compter environ 1h30 une charge complète.


Acoustiquement parlant, le Grind utilise des transducteurs originaux (non préfabriqués) de 40 mm de diamètre, ajustés "Supreme SoundTM". Selon WhatHiFi, ces transducteurs à membrane renforcée ont été élaborés à partir de zéro avec un ancien ingénieur de chez Bose, et ils permettraient un son mieux équilibré, avec des basses percutantes et des vocalises plus naturelles.


Et en effet, durant l'écoute filaire, le son produit par le Grind est suffisamment énergique, entraînant et profond, sans tomber dans les basses feutrées. Les voix sont agréables, et les hautes fréquences un peu plus proches et marquées. Si malgré tout quelques détails supplémentaires n'auraient pas été de refus, il s'en sort relativement bien et le plaisir d'écoute est là, peu importe le style musical abordé.




Par bluetooth, il faut préciser que l'appairage est impeccable et casque bien reconnu comme un Grind Wireless. Le démonter étant une opération assez périlleuse, nous pourrons pas vérifier le chipset utilisé. Mais au vu de la gamme et des codecs audio supportés, il s'agit peut-être d'un CSR8635, ce qui peut expliquer l'impasse sur l'aptX et le choix du SBC. Dommage, cela aurait été un petit plus pour ce casque déjà bien sympathique. 



Bluetooth ou filaire, nous avons exactement la même sonorité, pas de différence notable. Mais si votre appareil émetteur diffuse un son plus clair (c'est généralement le cas des smartphones et appareils Apple), vous profiterez d'un son punchy. Pour les plus pointilleux, sachez que tendre l'oreille juste après avoir stoppé la musique permet de constater un bruit de fond extrêmement léger et à peine perceptible, qui se stoppe assez rapidement. 



Pour un casque nomade, la reconnaissance à l'aveugle du Grind est réussie. Le bouton central est enfoncé, les deux autres peuvent facilement se distinguer sous les doigts car très différents. Les commandes sont aussi logiques, avec la touche "+" qui sert pour augmenter le volume (pression rapide) mais aussi pour avancer lorsque l'on maintient, et même schéma inverse pour le bouton "-". 



Coté micro, c'est un peu feutré et lointain, mais cela reste très largement utilisable et correct. La portée est correcte, entre 13 et 14 pas, sans obstacles. Terminons sur l'autonomie, excellente et allant au delà des 15h de lecture non stop à volume modéré.  



Un modèle chic et polyvalent réussi, qui reste un peu cher


Chic et très simple, le Grind Wirless est un casque qui surprend de façon positive, que ce soit en design, son ou fonctionnalités. Nous ne sommes pas en présence d'un casque audiophile, mais il permet tout de même une écoute de très bonne qualité et en toutes circonstances, sans fil ou avec, tout ce qui est attendu d'un véritable casque nomade. Épaulé par une autonomie étendue, c'est un casque sérieux qui, espérons-le, se verra mis à jour avec un modèle compatible l'APTX !


Spécifications officielles :
  • Référence : Grind Wireless
  • Transducteurs : 40 mm , Supreme SoundTM
  • Bluetooth : 10 m de portée
  • THD : < à 0,1%
  • Impédance : 33 ohms
  • Batterie : 12h d'autonomie
  • Poids : 183 g

Aucun commentaire:

Publier un commentaire